PEINTURES NATURELLES / PEINTURES DE SYNTHESE : quelles différences ?

Publié le par peinture-naturelle.over-blog.com

 

pinceau.jpg

 

 

 

   De quoi se compose une      peinture?

 


 

 

 

 

- un liant: il favorise la cohésion des différents constituants et favorise l’accroche, c’est lui qui donne ses qualités à la peinture.

- un solvant: il est le véhicule des différents composants de la peinture, il fluidifie le liant et s’évapore au séchage.

- une charge: elle donne la consistance et l’opacité de la peinture

des pigments: pour la coloration

- différents additifs: ils ont des propriétés spécifiques (ce sont les conservateurs, accélérateurs de séchage, fongicides, siccatifs, épaississants, agents de dispersion, ...

 

Quelles différences entre les peintures naturelles et les peintures synthétiques ?

 

Avant tout les matériaux qui les composent. Dans les peintures de synthèse, ils proviennent de la pétrochimie (source non renouvelable) et sont toxiques pour l’environnement et pour la santé. L’idée de base pour la fabrication des peintures naturelles est d’utiliser autant que possible des matières premières issues directement de la nature et transformées le moins possible. C’est surtout par leur liant que se distinguent les peintures naturelles. Caséine, chaux, silicate ou encore huile de lin pour les premières, résines de synthèse issues de la pétrochimie : vinyls, acryliques, alkydes,... pour les peintures synthétiques. Le solvant sera l’eau la plupart du temps ou bien de l’essence de térébenthine provenant du Portugal et exempte de terpène sensibilisant (le delta-3-carène), des esters d’agrume dans le premier cas et des hydrocarbures (toluène, xylènes, éthylbenzènes,..), des alcools, des cétones dans le second. Les charges sont en général de même nature, diffèrent les techniques de production. Dans le cas des peintures naturelles, les pigments utilisés sont d’origine naturelle: ocres, terres, oxydes, pigments végétaux,... pour les peintures industrielles, les pigments sont le plus souvent issus de l’industrie et peuvent être nocifs (ceux à base de métaux lourds: plomb, zinc, cadmium,...). Enfin, dans les peintures naturelles, les adjuvants sont limités à l’essentiel : siccatifs de cobalt, lécithine de soja, caséine, borax, huiles essentielles, insecticides et conservateurs naturels. Une peinture de synthèse peut couramment intégrer une trentaine de constituants plus ou moins inoffensifs ! Lors de la fabrication des peintures synthétiques, sont produits des déchets nuisibles pour la nature et la santé, souvent très toxiques et non biodégradables. (plus de 855 000 tonnes de peintures synthétiques sont produites par an ...)

 

Les peintures à l’eau sont-elles moins nocives ?

 

Si, dans l’esprit du public, elles ne présentent aucun danger puisque sans odeur, elles ne sont cependant pas totalement dénuées de risques toxiques. Leur toxicité à long terme peut même être plus élevée que celle des peintures glycérophtaliques.

Les peintures à l’eau chimique dites “acryliques” ou “vinyliques” contiennent des éthers de glycol, substances qui ont la particularité de s’évaporer très lentement après leur application. Certains de ces éthers de glycol sont particulièrement dangereux pour la femme enceinte. Ils sont depuis 2001 interdits dans la formulation des peintures labélisées NF Environnement. 

Plus sensibles aux moisissures que les peintures à l’huile, les peintures à l’eau contiennent des fongicides. Elles peuvent émettre du formaldéhyde et diverses matières actives contenues dans les fongicides.

De plus, les peintures de synthèse à l’eau contiennent de nombreux éléments toxiques dans les liants, pigments, charges et autres additifs.

 

 

Commenter cet article